Plan de travail 1

Fromigue

Vue générale du site à la fin du terrassement.  Fromigue, Lattes (Hérault), 2014.    © Matthieu Raffier, Inrap.
Vue générale du site à la fin du terrassement.
Fromigue, Lattes (Hérault), 2014.  
© Matthieu Raffier, Inrap.

Description

La fouille préventive du site de Fromigue s’est déroulée en 2014 sur une surface de 5500 m2, suite à un diagnostic réalisé au début de la même année.  

Les vestiges découverts ont mis en évidence un petit établissement rural antique, des plantations, des puits, ainsi qu’une sépulture.  

Un objet remarquable en bronze figurant une tête de silène (satyre) a également été découvert sur le site.

Résultats

Un petit établissement rural

Pour cet établissement rural, qui se développait sur près de 600 m2, seules les structures liées à une activité vinicole ont été identifiées. Une série de dix fosses à dolia matérialisent un chai. Les fosses sont organisées en deux travées de cinq dolia. Un bassin destiné à recevoir les jus de presse est associé à cet espace de stockage. Deux fosses implantées immédiatement à l’est de cette cuve témoignent de la présence d’un pressoir. Certains fonds de dolium comportaient des traces de poix.  

Caractéristiques d’une production vinicole, ces éléments semblent mis en place au cours du IIe siècle de notre ère et abandonnés dès le début du IIIe siècle.  

Des fosses à dolia, présentes sous le bassin, montrent une phase antérieure, que l’on date de la seconde moitié du Ier siècle de notre ère.  

Un second espace, mis en évidence sur une surface de près de 35 m2, appartient à la façade sud-est de l’établissement. Son sol est constitué en sous-œuvre d’une dalle en galets, mais les murs périphériques ne sont pas conservés. Implanté au cours de la seconde moitié du Ier siècle de notre ère, cet espace a fonctionné jusqu’au milieu du IIe siècle et pourrait avoir été dédié à l’habitat.  

Enfin la façade occidentale est occupée par deux espaces contigus, qui semblent excavés et dont la fonction n’a pas encore pu être définie.  

De la vigne

L’établissement est bordé au nord, à l’est et au sud par un vignoble. Celui-ci se matérialise par des tranchées étroites et parallèles (sulci) et/ou une succession de fosses oblongues (alvei). Des creusements perpendiculaires aux tranchées attestent la pratique du provignage (technique du marcottage appliquée à la vigne).  

Deux haies arbustives, associées aux plantations de vigne, se marquent au sol par des creusements quadrangulaires. Elles ont été installées durant le Ier siècle de notre ère.  

Des puits

Quatre puits antiques ont été mis en évidence au cours de la fouille. Trois sont implantés au sud–ouest de l’établissement, et le quatrième est localisé à plus de 40 m vers l’est, au milieu des vignes.  

Un seul puits a été fouillé dans sa totalité. De forme circulaire, son cuvelage est constitué de blocs de calcaire soigneusement agencés. Réalisé durant le Haut-Empire (Ier - IIe siècle de notre ère), il n’a livré aucun objet lié à son fonctionnement.  

Une tombe en amphore

Une sépulture à incinération dans une demi-amphore a été mise au jour sur la bordure orientale de la zone de fouille. Elle a été mise en terre entre la fin du Ier siècle et la première moitié du IIe siècle de notre ère.    

Michel Compan