Rue des Ursulines / Archives départementales

Localisation de la fouille du site 6. © LAT
Localisation de la fouille du site 6. © LAT

Description

Destinée à comprendre le système défensif du castrum, la fouille était localisée dans le secteur nord-est de la ville ouverte du Haut-Empire puis, à partir du Bas-Empire, immédiatement à l'extérieur du mur de l'enceinte urbaine du IVe siècle, laquelle resta en usage jusqu'au XVIIe siècle. Le mur de façade de l'amphithéâtre agrandi dans la seconde moitié du IIe siècle de notre ère marquait la limite septentrionale de la fouille.

Résultats

Aux abords de l'amphithéâtre
Depuis ce mur, les déchets de taille de pierre associés à la construction de l'amphithéâtre formèrent le sol d'une esplanade bordée au sud par la clôture d'un autre édifice situé hors de la fouille, peut-être un édifice public.
Un système défensif constitué d'un fossé à fond plat d'une quinzaine de mètres de large et d'un vallum (levée de terre garnie de branchages ou de pieux à la façon des chevaux de frise) fut mis en place autour de l'amphithéâtre transformé en bastion au IIIe siècle.

Défendre la Cité
Au IVe siècle, la construction du rempart entraîna l'abandon du fossé et du vallum. Des restes de chevaux consommés trouvés dans le comblement du fossé indiquent la présence d'éléments d'origine germanique dans la Cité.
Une grande brèche (datant sans doute du VIIe siècle) dans le mur de l'amphithéâtre, alors partie intégrante du mur d'enceinte, dut attendre le IXe siècle pour être réparée, au moment où les raids scandinaves incitèrent à creuser un nouveau fossé défensif.
Du XIe siècle au XIVe siècle, entre deux phases d'activation du système défensif, une voie traversant le site permit l'accès à la cité, sans qu'aucune trace d'occupation domestique n'ait pu être détectée alentour.
Au XIVe siècle, un système de doubles fossés fut mis en place lors de la construction de l'enceinte urbaine. Il fut remplacé, au XVe siècle, par un large fossé en eau à fond plat, comblé au XVIe par des alluvions de la Loire.

Des défunts à identifier
C'est sur ce site qu'ont été découverts les premiers individus non identifiés inhumés hors de la grande nécropole de l'ouest de la ville, autour de la basilique Saint-Martin. Il s'agit d'un petit groupe, peut-être quelques dizaines d'individus, enterrés tout près de la Cité, à une date inconnue entre le Ve et le VIIe siècle. Les sépultures, en pleine terre, sont creusées dans les niveaux de comblement du fossé, et jusqu'à l'ancien vallum en voie de désintégration, qui sert de limite à cette petite nécropole. Aucun édifice funéraire chrétien n'est connu dans les environs et l'identification de cette petite population reste problématique : s'agit-il d'un groupe ethnique ? d'un groupe marqué socialement comme des esclaves, par exemple ?