Synthèse par période

La Protohistoire

Après la pierre, les populations vont utiliser de nouveaux matériaux pour confectionner outils, bijoux et armes. L’acquisition des techniques de métallurgie s’étale sur une durée qui couvre plusieurs siècles, entre 3000 et 120 avant notre ère, marqués par trois grands stades : l’âge du Cuivre (fin du Néolithique), l’âge du Bronze et l’âge du Fer.
Mobilier métallique d’une tombe des Ve-IVe siècles avant notre ère : un bassin et une coupelle à bord perlé en bronze d’origine étrusque, un couteau en fer apparenté à un modèle grec, ainsi qu’une fibule et un anneau d’origine locale.
Saint-Pierre Nord et Sud, Lattes (Hérault), 2013.
© Christophe Coeuret, Inrap.
Cette période, dite protohistorique, voit la naissance de réseaux d’habitats et l’apparition de territoires politiques marqués. Dans le sud de la France, cette tendance aboutit à la création d’agglomérations fortifiées, à l’origine de nombreux villages ou villes actuels. En 600 avant notre ère, la fondation de Marseille par des Grecs marque un nouveau tournant : elle initie le développement du commerce méditerranéen, qui modifie profondément l’économie gauloise.   

Dans la région nîmoise, le site de Cureboussot à Redessan a fourni, en contexte de plaine, un exceptionnel ensemble de sépultures à inhumation du Bronze final (1200-1080 avant notre ère), associé à quelques vestiges d’habitat. Plus au nord, le site d’Aubrespin à Saint-Gervasy a révélé plusieurs enclos « funéraires » de l’âge du Fer. À ce dernier corpus s’ajoute le cercle fossoyé daté du VIe siècle avant notre ère du site de la Cavalade à Montpellier contenant un riche mobilier métallique, vestige de cérémonies funéraires.   

Dans la Vistrenque (au sud-ouest de Nîmes), entre oppida des garrigues et comptoirs littoraux, des occupations protohistoriques ont également fait l’objet de fouille sur les sites de Saint-Pastour Nord à Vergèze et Doulouzargues à Codognan, où ont pu être étudiés, pour l’un, un habitat du début de l’âge du Fer et de riches sépultures de l’élite gauloise du IIIe siècle avant notre ère et, pour l’autre, quelques fosses du premier âge du Fer et du IIIe siècle avant notre ère, dont certaines liées à l’artisanat de la terre.

À 2 km au nord-ouest de l’agglomération portuaire de Lattara (comptoir commercial fondé au VIe siècle avant notre ère et situé au sud de Montpellier), le site de Saint-Pierre a révélé un riche ensemble funéraire des Ve et IVe siècles avant notre ère. Il associe bûchers, dépôts de crémation, enclos fossoyés et plants de vigne. La singularité du site se manifeste aussi au travers des objets enfouis auprès des défunts, qui soulignent également le florissant contexte économique méditerranéen de l’époque.
Jean-Yves Breuil