Docks romains

Plan des vestiges sous le bâtiment moderne du musée des Docks romains. Les cercles bleus représentent l'emplacement approximatif des dolia qui y étaient stockés. © H. Tréziny (CCJ,CNRS)
Plan des vestiges sous le bâtiment moderne du musée des Docks romains. Les cercles bleus représentent l'emplacement approximatif des dolia qui y étaient stockés. © H. Tréziny (CCJ,CNRS)

Description

Les premières observations archéologiques ont été faites en 1947, après la destruction du quartier en 1943. De nouvelles fouilles ont été réalisées, de 1955 à 1960, à l’occasion de travaux d’aménagement.

Le site, partiellement préservé, est aujourd’hui intégré au musée des Docks romains, inauguré en 1963. Des sondages, réalisés en 1985 et 1986 à l’intérieur du musée, ont fourni des compléments d’information sur le site. Ont ainsi été découverts les restes d’un vaste hangar abritant de grandes jarres en céramique (dolia).

Résultats


Un lieu de stockage aux abords du port antique
Les fouilles ont mis au jour un vaste hangar pour dolia. Ce bâtiment mesurait une quinzaine de mètres dans le sens nord-sud et au moins 16 m d’est en ouest, soit une surface pouvant contenir au moins une centaine de jarres.

Le hangar semble avoir été en activité entre la fin du Ier et le milieu du IIIe siècle de notre ère. Au nord, il était adossé contre la pente de la butte des Moulins, au pied de la rue Caisserie. Il était apparemment doté d’un étage – avec peintures aux murs et sols en mosaïque –, auquel on pouvait accéder par la rue Caisserie. Vers le sud, il comportait (au moins dans une seconde phase) une façade plutôt monumentale. Celle-ci était peut-être flanquée d’un portique décoré de statues et sans doute séparée du quai par un espace de circulation (rue, place).