Caves Saint-Sauveur

Hypothèse de restitution axonométrique (« perspective parallèle », sans point de fuite) des caves Saint-Sauveur. © H. Tréziny (CCJ, CNRS)
Hypothèse de restitution axonométrique (« perspective parallèle », sans point de fuite) des caves Saint-Sauveur. © H. Tréziny (CCJ, CNRS)

Description

Des observations sommaires ont été réalisées en 1952 sur ce site du 2e arrondissement de Marseille, où se trouvent les anciennes caves du couvent de Saint-Sauveur.

Résultats


Antiquité
Découvert au XVIIIe siècle, l’édifice est surtout connu par un relevé des Monuments historiques fait dans les années 1950. Sa localisation à l’intérieur du monastère Saint-Sauveur l’a longtemps fait dater du Moyen Âge, avant qu’il ne soit finalement attribué à l’Antiquité grecque. Préservé sans qu’on sache pourquoi des démantèlements de l’Antiquité tardive, il a été en partie détruit ou ré-enterré lors des travaux de la reconstruction d’après-guerre. Il a pu être observé à nouveau en 1977 lors de travaux de réfection des canalisations sur la place de Lenche.

Considéré par certains comme une fontaine monumentale, il a été réinterprété récemment comme un espace public de stockage pour les céréales ou pour des matériaux fragiles (bois, cordages, voiles pour la marine marseillaise). Il s’agit surtout d’un grand monument urbain du IIe ou du Ier siècle avant notre ère, assurant la transition entre la place de Lenche (sans doute l’agora de la ville grecque) et une grande place dallée inférieure (peut-être le forum inferius de la ville romaine).