Vieille Charité

Le mur découvert lors des sondages dans la cour de la Vieille-Charité et débarrassé de sa couche de « brasier » (ce terme désigne des déchets de taille de calcaire rose qui, compactés, étaient souvent utilisés comme revêtement de sols ou dans les niveaux d'assainissement). Il daterait du XVIIe ou du XVIIIe siècle. © M. Moerman/ N. Scherrer, Inrap
Le mur découvert lors des sondages dans la cour de la Vieille-Charité et débarrassé de sa couche de « brasier » (ce terme désigne des déchets de taille de calcaire rose qui, compactés, étaient souvent utilisés comme revêtement de sols ou dans les niveaux d'assainissement). Il daterait du XVIIe ou du XVIIIe siècle. © M. Moerman/ N. Scherrer, Inrap

Description

La Vieille Charité est un hôpital construit au XVIIe siècle en limite nord d’un plateau rocheux descendant en pente rapide depuis l’actuelle place des Moulins, point culminant du Panier.

En 1995, sept sondages ont été effectués dans sa cour. Environ 1 000 m2 (sur un total de 3 700 m2) ont été explorés jusqu’à 1,20 m de profondeur.

Le diagnostic a révélé l’existence d’un mur probablement édifié avant la construction de la Vieille-Charité, ainsi que des éléments bâtis, très endommagés.

Résultats


Les vestiges d’un large mur
Le premier sondage (3,63 m2) a mis au jour un large mur est-ouest, édifié en blocs de différents types de roches. Largement noyé dans du mortier de chaux, ce mur a été endommagé par une canalisation en terre cuite datant apparemment du XVIIe ou du XVIIIe siècle. Ses fondations se trouvaient à au moins 2 m sous le sol actuel de la cour. Une importante couche d’éclats de calcaire rose (dit « brasier »), postérieure au mur, contenait des restes d’animaux et de la céramique vernissée produite vers 1690 dans la vallée de l’Huveaune (à l’est de Marseille) et à Fréjus (Var).

Au sud du mur, les archéologues ont trouvé un important remblai de démolition contenant des gravats, du mortier, de la terre et du mobilier archéologique (tuile, céramique et verre). Postérieur au mur et à la canalisation, ce remblai date du XVIIIe ou du XIXe siècle.

Un hospice antérieur à la Vieille Charité
Le mur semble donc être antérieur à la construction de la Vieille Charité, mais il n’a pas pu être daté. Il s’agit d’un ouvrage porteur, peut-être du mur de clôture nord d’un ensemble hospitalier édifié vers 1640 pour enfermer les pauvres et les mendiants. Ce quartier a été arasé vers 1670, lorsque l’architecte Pierre Puget a commencé la construction de la Vieille Charité, achevée en 1749.

Un autre sondage a également livré des éléments bâtis, très endommagés par divers réseaux et le creusement de fosses, ainsi qu’un autre mur, associé à un sol en galets. Ces éléments bâtis s’appuient sur de la marne gréseuse, taillée pour former le soubassement de ce mur. Par la suite, plusieurs canalisations ont été construites en pierres maçonnées et en terre cuite.